Compostelle 2009 : Aviles

Bonjour à tous,

Le récit de ma marche du Puy-en-Velay jusqu'à Saint-Jacques de Compostelle a fait l'objet d'un livre, "Cheminements" que vous pouvez découvrir ICI.

Tout d’abord merci à tous ceux qui ont répondu à mon précèdent message et qui m’ont envoyé leurs encouragements.

Aujourd’hui 5 octobre, 48ième jours du voyage, je suis à Aviles à 1470 km du point de départ et à 315 km de Santiago.

Les premiers jours au pays basque espagnol furent un peu difficiles avec la pluie (c’était pendant les inondations de Bayonne) et le profil du terrain en montagne russe mais le beau temps est revenu jusqu’à ce soir où il pleut !!

Le nombre de pèlerins reste faible (au maximum une dizaine) mais jusqu’à hier j’ai fait une route agréable avec Christian un Québécois. Nous nous sommes quittés ce matin à Oviedo : il va faire le Camino Primitivo et je suis remonté sur le Camino Norte. Peut-être nous retrouverons nous à Santiago ?

En fait le rythme des étapes est dicté par les auberges pour pèlerins dont le nombre reste faible mais très suffisant compte-tenu du flux actuel.

Donc à bientôt, le moral est les pieds sont bons.

Je vous écris depuis un centre de formation qui met à disposition ses appareils le soir pour des accès Internet gratuit : merci à eux. Mais je ne veux pas trop abuser la file s’allonge.

Amitiés à tous.

Pierre ALGLAVE

2 commentaires sur “Compostelle 2009 : Aviles”

  1. BUET

    saison
    Bonjour Pierre, je découvre votre récit et vos photos. J’ai, depuis longtemps, dans la tête ce voyage vers Compostelle… Je suis une randonneuse mais frileuse aussi. J’ai lu le livre de JC Ruffin qui a fait comme vous le Camino Norte et cela me donne envie de partir. Quelle est la meilleure période ? Merci de vos conseils. Nicole

    Répondre
  2. Pierre

    RE : saison
    Bonsoir Nicole
    Toutes les saisons ont leur intérêt mais il faut éviter la période d’affluence si vous en avez la possibilité. Moi c’ etait en octobre, septembre doit être plus sympa côté climat. Le printemps est sans doute plus beau mais souvent plus arrosé.
    Bon, un peu une réponse de normand…consultez d’ autres récits pour vous faire une idée.
    En route pour Rome sur la Francigena je vous écrit depuis du côté de Besançon et il fait un temps à ne pas mettre un pèlerin dehors :-(.
    Cordialement
    Pierre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *