Ballaigues : étape n°20 – Arrivée en Suisse

De Pontarlier (France) à Ballaigues (Suisse)

De Pontarlier (France) à Ballaigues (Suisse)

Samedi 21 septembre.
Vingt-et-unième jour : Rome est à 1205 kilomètres.

j’ai quitté l’Auberge de Jeunesse à 9 heures. Debout à 7, petit-déjeuner à 7h45, j’ai pris ensuite le temps de réserver mon hébergement pour ce soir. Ce sera à Ballaigues, un gîte à qui j’avais déjà laissé un message hier soir et qui a enfin répondu ce matin. Quatre kilomètres après la frontière, même si c’est peu mentalement ce sera important : je serai en Suisse ! Arrivé à pied en Suisse depuis chez moi, c’est quand même quelque chose ! Cet accueil est listé dans le guide que je me suis procuré avant mon départ auprès de l’AIVF (Association Internationale pour la Via Francigena) qui propose un trajet par le col de Jougne. Ce serait le chemin « historique » de Sigéric, et surtout, ce qui ne pouvait que me séduire, il est plus court que celui passant par Sainte-Croix proposé par d’autres. Par contre le prix annoncé de la chambre n’a rien à voir avec ce que j’avais noté, de trente francs suisses on est passé à cinquante-cinq ! Bon, quand il faut il faut et de toutes façons je n’ai pas le choix, il y a pas rien d’autre à moins d’aller beaucoup plus loin.

Le Fort de Joux

Le Fort de Joux

J’ai appelé Victor, mon contact à Lausanne, il sera absent lors de mon passage. Dommage, cela m’aurait fait plaisir de le rencontrer. Il faut bien avouer que ces « accueils amicaux », même quand on ne connaît pas nos hôtes à l’avance, sont toujours très chaleureux, sans doute que eux aussi attendent quelque chose de cette rencontre qu’ils ont choisie, ils sont partie prenante de l’aventure, ils y contribuent. Il n’y en aura plus jusqu’à Rome.

Le temps est ensoleillé, j’ai quand même mis ma cape, je me méfie et le fond de l’air est frais. Je l’enlèverai d’ici peu.

10h45, je sors de Le Frambourg, à quatre kilomètres et demi de mon point de départ, je n’avance pas. Il faut dire que pour sortir de Pontarlier j’ai un peu pataugé, le guide de l’AIVF et assez imprécis, quelques erreurs entre droite et gauche… ou alors c’est moi : j’ai tendance à les confondre. Je suis sur le GR5, le temps est magnifique j’ai enlevé la cape depuis longtemps, je longe un ruisseau dominé par le Fort de Joux où a été incarcéré puis est mort Toussaint Louverture. J’envoie une photo à Hélène : nous l’avions visité il y a quelque temps.

Les Sécherons

Les Sécherons

En contre-bas du Fort on croise une route avec une circulation importante, c’est le week-end, les gens vont faire leurs courses, mais sur le Chemin un calme royal.

Au lieu dit « Les Sécherons », je rejoins un couple qui marche à peu près à mon rythme. Ils ont en main le guide de l’AIVF. Nous échangeons quelques considérations sur le beau temps et la beauté des paysages. Vu la taille de leur sac à dos ils doivent être dans une rando sur la journée ou le week-end et, contrairement à moi, ils visitent tous les points remarquables cités par ce livre et suivent scrupuleusement l’itinéraire proposé que, sur les conseils avisés de mes jambes incultes, je n’hésite pas à simplifier quand elles jugent le détour inutile.

Chapelle des Fourgs

Chapelle des Fourgs

13h50 un peu après la chapelle Des Fourgs je me suis laissé embarquer par des flèches jaunes balisant en principe la Via Francigena, mais qui en fait ne correspondaient pas à mon itinéraire, je dois revenir sur mes pas. Je comprendrai plus tard qu’elles m’entraînaient sur l’itinéraire de Sainte-Croix. Bilan, environ une heure de perdue. Mes jambes vont encore simplifier. Heureusement le temps est toujours magnifique.

Les Hôpitaux-Neuf - Musée ferroviaire

Les Hôpitaux-Neuf – Musée ferroviaire

À Les Hôpitaux-Vieux de beaux lavoirs et la présence étrange d’une grande maquette de la fusée de « On a marché sur la Lune » dans le jardin d’un probable Tintinophile. À Les Hôpitaux-Neufs des wagons et des locomotives anciennes, et l’église Sainte-Catherine où je fais une petite pause dans une belle ambiance baroque.

Puis c’est Jougne et son église Saint-Jean-Baptiste qui domine la vallée au fond de laquelle se dresse la paisible chapelle Saint-Maurice entourée de son cimetière.

Un peu avant 17 heures, me voilà au Col de Jougne qui est tout sauf majestueux, altitude 1009 mètres, et en fait c’est un grand rond-point avec un gros flot de circulation. Journée toujours très belle, même si quand on s’arrête à l’ombre on sent que l’air est frais. Dans quelques instants je serai en Suisse.

Passage en Suisse

Passage en Suisse

Ça y est, j’y suis. Heureusement qu’il y a des pancartes pour le préciser car il n’y a aucun contrôle. Dans le lointain, dans la vallée, j’aperçois de longues files de voitures qui font la queue au poste frontière, vive la marche à pied !

Me voici à Ballaigues, plus précisément à l’accueil « La Pitchounette » au lieu dit « Chez Barrat ». Un peu avant j’ai fait un détour pour aller voir la voie romaine, mes jambes étaient d’accord on est quand même ici pour ça, c’est peut-être celle empruntée par Sigéric, on y voit les ornières taillés dans la roche par le passage des chariots, peut-être même, si on fantasme un peu, par des quadriges.

En route en regardant de plus près mon guide j’avais remarqué un petit signe cabalistique en face du prix de la nuitée, symbole signifiant « sac de couchage » après consultation de la légende. En arrivant j’ai demandé à mon hôtesse « Peut-être aurais-je dû vous préciser que j’avais un sac de couchage ? ». À mais bien sûr ! C’était ça, d’autant plus qu’elle avait remarqué que j’avais le guide à la main. Effectivement le tarif indiqué était celui pour les heureux possesseurs de cet équipement. Par la suite je n’oublierai plus de mentionner ce détail, même dans les hôtels il y a souvent un dortoir à prix réduit, ce qui allège considérablement le budget du randonneur.

Rébus suisse

Rébus suisse

Problème, j’étais passé sans transition de la France à la Suisse sans trouver de quoi faire du change. Qu’à cela ne tienne elle acceptait les euros. Ouf ! Par contre elle m’annonce que pour les cinquante francs suisses de mon séjour, comprenant nuitée, repas et petit-déjeuner, cela ferait 62,50 euros. Je lui fais part de ma surprise, je m’étais renseigné et j’avais compris qu’en gros il fallait diviser par 1,25 et non pas le contraire. Mais bon c’est mon premier achat suisse, elle doit avoir plus l’habitude que moi. Ça va être une catastrophe économique. Un peu plus tard elle reviendra vers moi, pour elle aussi c’était une première fois, elle vient d’ouvrir son gîte et je suis son premier client français, son premier pèlerin, de plus ils rentrent juste de vacances et sont un peu débordés. Dans le doute elle a téléphoné à sa sœur qui travaille aux douanes : « Vous aviez raison, toutes mes excuses, il fallait effectivement diviser et non l’inverse, ça sera donc seulement 40 euros ». Tout est bien qui finit bien, en quelques minutes j’ai gagné une fortune. Je suis au pays des transactions financières.

Chambre avec plateau repas

Chambre avec plateau repas

La chambre, très grande, a été aménagée dans une ancienne bergerie à l’écart de la maison principale où on peut aller prendre sa douche. On y accède par un escalier genre échelle de meunier qui débouche sur une trappe qu’il faut soigneusement refermer pour éviter toute chute en cas de somnambulisme ou par simple distraction. D’après les posters de Lara Fabian qui décorent les murs ce devait être celle d’une ado qui a depuis quitté le nid familial. Il n’y a pas d’eau courante, un gros broc d’eau permet de faire une toilette de chat et de se laver les dents, à l’ancienne. Les toilettes sont chimiques et une machine lâche périodiquement un petit jet de « sent-bon » pour éloigner les vilaines petites odeurs. Les repas arrivent sur un plateau déposé en haut de l’escalier, royal mais un peu frustrant côté conversation et convivialité, surtout pour ma première rencontre suisse.

583 kilomètres parcourus depuis chez moi dont 26 aujourd’hui.

Ci-dessous une galerie de photos, d'éventuelles précisions sur des curiosités locales et la possibilité de déposer un commentaire.


Étape précédente
« Pontarlier : étape n°19
Étape suivante
... les étapes suivantes »
Retour à la liste des étapes

Étape précédente
« Pontarlier : étape n°19
Étape suivante
... les étapes suivantes »
Retour à la liste des étapes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *