Balade entre deux mers : c’est terminé

Les Eyzies

Les Eyzies de Tayac – Sirieul

Ma balade « Entre deux mers » s’est terminée aux Eyzies, berceau de l’homme de Cro-Magnon.

Rassurez vous il ne m’est rien arrivé de grave mais la chaleur amplifiée par le bitume des petites routes sans ombre serpentant à travers les vignes ajoutée à des difficultés d’hébergement et d’alimentation a eu raison de ma détermination, érodant au fil des jours mon plaisir à marcher, mon désir de continuer. Dans ces conditions ce périple perdait de son sens et j’ai décidé d’y mettre un terme.

Avec le recul, ce désir d’atteindre le but qui, en dépit de quelques galères et des moments de doute, m’a porté dans mes précédents périples a quelque chose de magique. Sans lui rien n’est possible sur ces grandes trajets. C’est lui qui entretient la détermination à poursuivre, la volonté seule ne suffit pas sauf à vouloir se martyriser. Il fallait cette nouvelle expérience pour que j’en prenne conscience.

Ce n’est que partie remise pour cette balade ou une autre.

2 Replies to “Balade entre deux mers : c’est terminé”

  1. Annie

    Bonjour,
    Désolée pour la fin de ta ballade entre mers.
    J’ai vécu exactement la même chose l’année dernière sur la Via Plata (+ 42 ° les 3 premiers jours début mai !!! – j’ai attendu à Séville comme beaucoup de pèlerins que la T° baisse … un peu avant de partir) Ensuite par 2 fois je suis arrivée à la limite +++ du coup de chaleur et la dernière fois , avant Salamanque j’ai décidé d’arrêter.. il me manquait quelque chose.. l’envie, le plaisir, cela devenait une marche POUR ARRIVER à l’étape.. Heureusement il y a eu de belles rencontres dont une (+75 ans et déjà repartie sur le Camino Portugais) avec qui j’ai gardé le contact. Après cette expérience j’ai « décidé » que pour moi Compostelle c’était terminé. Mes 2 premières expériences (Le PUY- Santiago en 2 mois en 2011 – Camino de Norte en 2013) avaient été SUPERBES, mais c’était fini, la magie n’opérait plus. ET JE N’AVAIS PLUS ENVIE… .Mais ça y est le virus est revenu… Le Camino me manque et je repars l’année prochaine de Vezelay à RONCEVEAUX. L’envie et le BESOIN sont revenues. Vive Compostelle

    Répondre
    • Pierre ALGLAVE Auteur de l'article

      Bonjour Annie,
      Merci pour ton soutien et ce partage d’expérience. Il ne me reste donc plus qu’à attendre que l’envie me revienne… mais dans tous les cas il existe plein de domaines qui me restent à explorer, les attraits du monde ne se limitent heureusement pas à Compostelle ou à la marche en général ;o)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *